Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter, cliquez ici

85    Juin 2021

Logo Newsletter

nos études, nos actions, nos métiers

Lancement d'une enquête locale sur le télétravail

L’ADU a présenté aux élus de la commission « Développement économique » de Pays de Montbéliard Agglomération, le 9 juin dernier, l’avancement de son étude sur les impacts territoriaux du télétravail.

Alors que 3 % des salariés pratiquaient le télétravail en 2017 à l’échelle nationale, cette proportion est passée au quart des effectifs du secteur privé en avril 2020 au plus fort des mesures de confinement, la moitié de ceux-ci restant concernés en septembre 2020 lorsque les dispositions sécuritaires avaient été allégées.

Au-delà des questions d’organisation du travail, cette généralisation progressive se traduit par des modifications de comportements – pratiques de consommation et de loisirs, choix résidentiels, mobilités, immobilier d’entreprise, etc.- dont les effets en termes d’usages du territoire doivent être anticipés.

Afin d’en mesurer davantage les réalités et leur portée localement, une enquête auprès des entreprises locales va être engagée dans les prochains jours. Elle sera complétée par une série d’entretiens menés dans le courant de l’été auprès de différentes catégories d’acteurs locaux pour bénéficier de leur perception des évolutions en cours. Sur ces fondements, l’objectif sera alors d’examiner les besoins d’adaptation de politiques publiques.

Lire la publication ici

Charles BERGOUNIOUX

Les rendez-vous de la mobilité du Pôle Métropolitain

Le Pôle Métropolitain Nord Franche-Comté poursuit ses rencontres d’acteurs, destinées à orienter le Comité de Projet « Mobilité » dans l’élaboration de sa feuille de route du mandat : il s’agit de déterminer les orientations stratégiques à mettre en œuvre pour répondre aux problématiques de mobilité, qui s’envisagent désormais à l’échelle du Nord Franche Comté.

Après une première session relative à l’évolution des infrastructures et leurs conséquences sur l’organisation du territoire et les pratiques de mobilité, l’ADU a contribué à une seconde rencontre destinée à mettre en regard les différents documents de planification locaux, existants aujourd’hui à l’échelle de PMA, du Territoire de Belfort et du Pays d’Héricourt.

Qu’il s’agisse des documents de planification territoriale généraux comme les SCoT ou les schémas de développement locaux, ou de documents spécifiques à la mobilité tels que les schémas de développement des réseaux cyclables, les contrats de mobilité et autres Plans de Déplacements Urbains, tous ces documents orientent les politiques publiques de mobilité à l’échelle de leurs territoires respectifs ; un regard croisé révèle des points de convergence sur lesquels le Pôle Métropolitain peut s’appuyer pour envisager sa stratégie à l’échelle du Nord Franche Comté.

Ces Rendez-vous de la mobilité, ouverts à tous les élus du Pôle Métropolitain, sont aussi l’occasion d’ouvrir plus largement le débat et d’interroger les nombreux enjeux que posent les évolutions sociétales sur les pratiques de mobilité : impacts du numérique, acceptabilité de la voiture en ville, formes d’habiter conditionnant l’individualisation des déplacements …

Jérôme FAURITE

Piste cyclable : améliorer la sécurité et la qualité des espaces urbains

©ADU

©ADU

Le 5 mars 2021, rue de Brognard à Vieux-Charmont, un cycliste de 42 ans est décédé après avoir été percuté par un véhicule sur son trajet domicile travail. Une salariée de l’ADU a été personnellement touchée par cet accident qui a bouleversé de nombreuses vies.

En signe de soutien, les salariés de l’ADU ont posé un diagnostic sur l’environnement urbain de l’accident. Celui-ci a permis de révéler les enjeux en termes de sécurité et de qualité des espaces puis d’établir plusieurs scénarii d’aménagement. En espérant que ces réflexions contribueront plus largement à améliorer la sécurité et la qualité des espaces urbains.

Lire la publication ici

Toute l’équipe de l’ADU

Mise en oeuvre du SAGE Allan (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux)

©SAGE

©SAGE

Après 6 années d’élaboration, le SAGE Allan (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) a été approuvé le 28 janvier 2019. Il s’articule autour de 5 enjeux :

  • La gouvernance, la cohérence territoriale et d’actions, l’organisation ;
  • La ressource quantitative de l’eau ;
  • Les pollutions et la qualité de l’eau ;
  • Les inondations ;
  • La morphologie des cours d’eau et les milieux aquatiques.

Sous l’égide de l’EPTB Saône-Doubs, structure porteuse du SAGE, une nouvelle gouvernance du SAGE Allan a été mise en place en 2021 : la commission locale de l’eau (CLE) a été réinstallée au mois de mars 2021. Elle est constituée de trois collèges : les élus, l’Etat et le collège des usagers. L’ADU fait partie de la CLE dans le collège des usagers pour représenter les acteurs de l’urbanisme.

La mise en œuvre du SAGE s’appuie sur l’élaboration de deux programmes d’actions contractuels : le programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) et le Contrat de Bassin. Afin de définir le Contrat de Bassin (stratégie du contrat, orientations, priorités et actions phares), des commissions thématiques se sont réunies au mois de mai 2021. Elles traitent respectivement de chaque enjeu du SAGE. La participation de l’ADU, accompagnée de l’Agence d’Urbanisme du Territoire de Belfort, à ces commissions permet d’articuler la prise en compte du SAGE dans les documents d’urbanisme et les projets urbains. Le Contrat de Bassin devrait être finalisé pour la fin de l’année 2021.

Elisabeth SCHMITT

Intégrer la vulnérabilité énergétique dans la politique de transition du Pays de Montbéliard

La vulnérabilité énergétique désigne, d’après l’INSEE, « l'état de personnes, familles ou groupes utilisant une part importante de leurs revenus pour leurs dépenses énergétiques contraintes, que ce soit pour le transport ou le logement, ce qui les rend vulnérables aux hausses des tarifs des énergies. »

On parle de situation de vulnérabilité énergétique lorsque le ménage consacre plus de 8% du revenu pour les dépenses énergétiques du logement, à savoir le chauffage et l’eau chaude, et plus de 4,5% du revenu pour les déplacements.

Par exemple, avec un revenu net de 1500 euros par mois, si le ménage consacre 190 euros à ses dépenses énergétiques pour le logement et son carburant, il atteint le seuil de vulnérabilité fixé par l’INSEE.

Cette publication tente de montrer que, malgré tous les dispositifs actifs aujourd’hui pour aider à la rénovation des logements, ces actions n’auront réellement d’effets que si elles s’accompagnent d’une réelle transition en ce qui concerne les modes de production d’énergie et leurs origines.

Romain PRIOUX

la vie à l'agence

Une réalisation budgétaire en recul sur l’année 2020

Le 2 juin dernier, l’assemblée générale, après avoir pris connaissance du rapport de gestion dressé par le Bureau, a approuvé les comptes de l’année 2020. Ceux-ci traduisent une année atypique, marquée par la crise sanitaire et le changement de calendrier électoral, avec une baisse tant des recettes du fait de l’absence de nouveaux contrats de prestations de service, que des dépenses compte tenu de l’absence de colloques, déplacements ou formations et de la maîtrise des charges de personnel. L’anticipation de ces contraintes a permis néanmoins de présenter des comptes équilibrés, sur lesquels le commissaire aux comptes a exprimé sa satisfaction.

Cette réunion a également été l’occasion pour l’assemblée de renouveler sa confiance au cabinet Exco-Naxis, dont le mandat de commissaire aux comptes est prolongé pour une nouvelle période de six ans.

Enfin, compte tenu de l’assouplissement des mesures sanitaires, le Bureau a informé de sa décision d’organiser la journée de Portes Ouvertes de l’ADU le 10 septembre prochain, qui avait été annulée à deux reprises en 2020. Elle donnera l’occasion à tous les partenaires de l’ADU d’échanger directement avec l’ensemble de l’équipe dans un mode convivial.

Charles BERGOUNIOUX

agenda

le 10 septembre l'ADU fait son cinéma

L'ADU organise une journée Portes Ouvertes dans ses locaux de 8h00 à 19h00

Voir le programme ici

Inscription obligatoire

Livre du mois

Vers l'objectif de zéro artificialisation nette : comment atteindre la sobriété foncière ?

Les dossiers Fnau n°50, mai 2021

 

 

Cette publication de la Fnau rassemble des expériences conduites par des agences d’urbanisme avec leurs partenaires pour concourir à l’objectif de sobriété foncière.

Sans visée d’exhaustivité, car notamment elle n’aborde pas tous les leviers qui seront indispensables (changement des modèles économiques de l’urbanisme, de l’agriculture, fiscalité…), ce dossier Fnau se veut source d’inspiration pour le débat et la mise en oeuvre en témoignant d’une diversité d’expériences de terrain, mais aussi de celle de nos voisins italiens, avec lesquels nous partageons les mêmes objectifs européens.

Lire la publication ici

le chiffre du mois

22 %

La part de ménages en situation de vulnérabilité énergétique sur le territoire de Pays de Montbéliard Agglomération.

Il s’agit d’une problématique d’ampleur nationale qui touche environ 20% des ménages¹ en France,

Pour l’INSEE, un ménage est en situation de vulnérabilité énergétique lorsqu’il consacre plus de 8% du revenu pour les dépenses énergétiques du logement, et plus de 4,5% pour celles des déplacements. On parle alors d’un Taux d’Effort Energétique.



Charles BERGOUNIOUX, Directeur de publication

Si vous voulez vous désabonner, cliquez ici