Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter, cliquez ici

66    Janvier-Février 2019

Logo Newsletter

nos études, nos actions, nos métiers

Adoption du Budget Prévisionnel de l’année 2019

Le Bureau de l’ADU s’est réuni le 13 décembre 2018, afin d’arrêter le budget prévisionnel de l’année 2019 permettant la réalisation du programme de travail dont les priorités ont été présentées dans l’édition n°64 de la newsletter.

L’équilibre de ce budget repose sur la consolidation des subventions perçues en 2018 et nécessite de poursuivre les efforts de recherche de contrats de prestations de services.

Cela reste un point de fragilité du budget de l’Agence, compte tenu des échéances électorales de 2020, sur lequel le Bureau sera donc vigilant tout au long de l’année à venir.

Charles BERGOUNIOUX

Focus n°7 : Atlas des quartiers prioritaires, mise en perspective de la trajectoire des quartiers avec l'évolution des villes et de l'agglomération

Au cours de l’année 2018, l’ADU a réalisé un atlas des quartiers prioritaires, visant à accompagner l’agglomération dans l’évaluation de son Contrat de Ville Unique, qui s’articule autour de quatre axes. A l’occasion de la diffusion de cet atlas en décembre 2018 (voir Newsletter n°65), l’ADU propose dans ce focus une rapide présentation de ce que sont les quartiers prioritaires ainsi que les objectifs de l’atlas.

Ce focus a accompagné également l’organisation d’une journée de présentation-débat proposée aux partenaires de l’agence le 25 janvier 2019, sur le rôle des quartiers dans l’agglomération et leur perspective d’évolution. 

Eglantine HUE

Tableau de Bord du Schéma Départemental d’Amélioration de l’Accessibilité des Services au Public (SDAASP)

Le 5 décembre 2018 s’est tenu le comité de pilotage du SDAASP qui a permis de faire l’état d’avancement de la mise en œuvre un an après son arrêt.

A cette occasion les agences d’urbanisme de Montbéliard et Besançon ont présenté le temps 0 du Tableau de bord du SDAASP réalisé à la demande du Département du Doubs.

Les objectifs du tableau de bord sont de mesurer l’amélioration de l’accessibilité aux services et aux équipements à partir d’une vision d’ensemble et synthétique, et de permettre un dialogue du Département du Doubs avec les EPCI et les territoires de SCoT afin de faire converger les actions publiques départementales et locales autour des mêmes objectifs.

En cohérence avec les objectifs du SDAASP, 19 indicateurs ont été définis et renseignés sur les thématiques des services publics, des services sociaux, de la santé, du numérique et de l’attractivité territoriale. Ce travail s’appuie sur la présence et les taux de couverture des différents équipements et services pour 82 pôles définis dans une armature territoriale départementale.

Elisabeth SCHMITT

Comité d’engagement de l’ANRU : en route pour la mise en œuvre du NPNRU

Après 18 mois d’études conduites pendant la période de préfiguration du nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU), les projets urbains des quartiers de la Petite Hollande à Montbéliard et des Graviers Evoironnes à Sochaux sont finalisés sur le plan technique. Il s’agit à présent pour l’ensemble des partenaires locaux en charge de la réalisation de ce programme de contractualiser avec l’ANRU pour permettre l’engagement des phases opérationnelles.

Les élus, leurs partenaires bailleurs et leurs appuis techniques se sont déplacés à Paris le 07 décembre 2019 en Comité d’Engagement de l’ANRU. Cette importante étape administrative a permis aux élus de défendre collectivement la stratégie habitat et le nouveau programme de renouvellement urbain devant l’ANRU et ses partenaires. La cohésion des élus et l’appui de l’État local, très impliqué dans la préparation de ce jalon, ont été décisifs dans l’accueil favorable du projet par l’ANRU et ses partenaires. En particulier, une majoration à 35% du taux de subvention devrait être accordée à la ville de Montbéliard pour soutenir le projet stratégique de renouvellement du secteur des Hexagones.

L’une des principales questions soulevées par Nicolas Grivel, directeur de l’ANRU, portait sur l’acceptation par l’ensemble des élus de PMA de la stratégie habitat qui est en rupture par rapport aux pratiques antérieures. Les réponses des élus sur les temps forts prévus en 2019 dans le cadre du PLH et du SCOT et l’implication de l’ADU dans les transitions en termes de planification ont montré la détermination à envisager différemment le développement du territoire. Il s’agit en effet de s’atteler plus fortement au renouvellement du tissu urbain existant dans les quartiers mais aussi dans les centres. Les services de l’État ont rappelé qu’ils seraient attentifs à la mise en œuvre de cette stratégie.

Voir aussi :

le dossier de présentation en vue de l'élaboration de la Convention de renouvellement urbain

le diaporama présenté lors du Comité d'engagement NPNRU du 7 déc 2018

le dossier complémentaire suite à la Réunion de Travail Partenarial du 04 juillet 2018

Cathy KUHN

PLH : comité technique partenarial du 10 janvier

Le 10 janvier, dans le cadre du PLH, PMA a lancé son premier comité technique partenarial, en présence d’une trentaine d’invités (DDT, bailleurs sociaux, CD 25, ADU, professionnels de l’immobilier, etc).

Introduite par Philippe GAUTIER et animée par Cécile BOUCLET (« Territoires Autrement »), cette réunion fut l’occasion de partager :

  • des éléments de diagnostic du PLH :

- entre 2015 et 2016, environ 460 logements ont été commencés sur PMA ;

- 80% de la vacance des logements se localise dans le parc privé.

  • les principales orientations prévisionnelles, comme par exemple un besoin très important de renouveler le parc de logements par des opérations de démolition/reconstruction ou des réhabilitations lourdes ; 
  • le calendrier et la méthode envisagée pour la suite.

Romain PRIOUX

Etupes : Projet Cœur de Ville – Ateliers Participatifs

Dans la suite du processus de « fabrication » d’un schéma de référence pour le centre-ville de la commune d’Etupes, ce samedi 12 janvier a eu lieu le premier atelier de lancement du projet Cœur de Ville.

Ce projet, initié par le Conseil municipal, fait suite au diagnostic fonctionnel du centre-ville de la commune réalisé par l’agence et qui a fait l’objet de deux réunions publiques.

Les habitants, ont été conviés à participer à une réflexion collective sous forme d’ateliers participatifs autour de trois thèmes :

  • Comment rendre la centralité d’Etupes plus visible ?
  • Comment gérer la circulation routière et le stationnement pour améliorer la qualité de vie en centre-ville ?
  • Comment mieux connecter le centre-ville à son environnement et comment mieux se déplacer à pied/vélo dans le centre-ville ?

Une vingtaine de participants a été incitée à s’exprimer, sur ses attentes concernant le centre-ville de demain et ainsi faire le choix d’intégrer l’un des trois groupes de réflexion qui se réunira pour le prochain atelier qui aura lieu début mars.

Décliné à partir de l’emblème de la ville, un logo conçu par l’ADU pour cette occasion servira à la communication autour de la démarche Cœur de Ville.

Lire le dossier paru dans le Bulletin Municipal de la Ville d'Etupes - janvier 2019

Samia ROPITAL

Approbation du PLU de Sancey le 21 décembre 2018

Dix-huit mois après sa prescription, le PLU de Sancey a été approuvé le 21 décembre 2018 à l’unanimité. Ce document est l’expression du projet de la commune nouvelle créée en janvier 2016 par fusion de Sancey-le-Long et Sancey-le-Grand.

Le projet s’articule autour de trois orientations principales :

  • Répondre aux besoins des populations actuelles et futures au travers d’un développement urbain maîtrisé,
  • Favoriser et maîtriser le développement économique local,
  • Révéler et valoriser les qualités paysagères, patrimoniales et environnementales.

Les objectifs pour les 15 prochaines années ont été déterminé à 1 400 habitants, 120 logements (dont 100 logements neufs) et 8.33 ha de besoins fonciers pour l’habitat.

Au vu des sensibilités environnementales et paysagères le PLU a fait l’objet d’une évaluation environnementale.

Elisabeth SCHMITT

Colombier Fontaine : reprise de la révision du PLU

Après avoir interrompu le marché de révision du PLU passé avec un bureau d’études privé, la commune a sollicité l’ADU pour reprendre la procédure.

L’ADU est venue présenter au conseil municipal la démarche, sa méthode et le calendrier de réalisation du PLU lors de la séance du 11 décembre. Les travaux débuteront dès janvier avec un premier objectif : valider un projet communal (PADD) fin 2019.

Philippe BOZON

Le Pôle Régional d’Appui aux Territoires (PRAT) piloté par la Région réactive les rencontres du réseau SCoT / PLUi BFC

Après quelques temps d’inactivité, le réseau SCoT / PLUi Bourgogne Franche-Comté s’est réuni le 20 décembre 2018 à Dole sur le thème « Intensification versus étalement urbain : déconstruisons ensemble les idées reçues ».

La journée s’inscrit dans les réflexions que doivent conduire les élus pour limiter la consommation d’espaces et l’artificialisation des territoires. Il s’agit d’identifier collectivement les enjeux d’une gestion économe de l’espace.

La journée co-animée par l’association Pirouette Cacahuète est organisée en ateliers où s’expriment arguments, idées reçues et réponses objectives sur la question de l’intensification versus étalement urbain.

« Pour mémoire, ce réseau piloté par la Région est une action du Pôle Régional d’Appui aux Territoires (PRAT), il propose des journées techniques à destination des techniciens (SCoT, PLUi et partenaires), avec pour objectif l’acculturation autour de thématiques transversales en lien avec les démarches de SCoT et PLUi, des retours d’expériences et un apport méthodologique de contenus opérationnels ».

Les 4 agences d’urbanisme de la Région interviennent en appui de la production des références et de l’animation des ateliers organisés durant la journée.

Isabelle GRIVART

Paysages de l’Après Pétrole, des rencontres européennes inspirantes dans le Bassin Minier 

Connu pour son histoire industrielle, le territoire du Bassin Minier accueillait les 05 et 06 décembre 2018 les Rencontres Européennes organisées par le collectif "Paysages de l'Après Pétrole". L’ADU a assisté à la deuxième journée consacrée à des débats sur la transition énergétique à partir de démarches paysagères. La confrontation de 7 expériences européennes avec des expériences conduites en France ont permis de présenter des solutions concrètes de transitions souvent impulsées par la société civile parfois en échos à des politiques publiques mais quelquefois aussi en opposition à des projets industriels initialement insuffisamment impliqués dans le développement local. Ces expériences ont montré l’énergie nécessaire pour réussir collectivement les transitions à venir et l’atout du paysage comme vecteur transversal de transformation des territoires.

Localement, des enseignements pourraient être tirés de trois expériences significatives. Milan qui est bien connue pour son patrimoine, son centre d’affaire, le design, … mais qui présentait lors de ces rencontres la complémentarité entre la ville verticale et les champs horizontaux. Paola NELLA BRANDUINI, enseignante – chercheuse au Politecnico di Milano a présenté la transition agricole à l’œuvre dans le sud de Milan avec l'exemple d’une politique publique ayant conduit à la création d’un parc agricole il y a 20 ans et depuis, l’essaimage sur des projets privés. Agriculture de proximité et ville sont complémentaires y compris dans les métropoles. Plus proche du Nord Franche–Comté, dans le canton de Berne, Mont Soleil / Mont Crosin, Moussia DE WATTEVILLE, coordinatrice de l'Espace découverte énergie, a présenté un projet de centrale photovoltaïque portée par un industriel privé qui a modifié son projet sous l’impulsion d’acteurs locaux. Cette nouvelle forme de partenariat a permis de développer un centre de recherche, de la médiation scientifique et des itinéraires thématiques qui bénéficient à l’ensemble du territoire. Les intérêts privés et publics peuvent être convergents sur la question de l’énergie bien au-delà de la question pécuniaire. Enfin, la dernière table ronde organisée autour de l’angle urbain a mis l’accent sur la dimension patrimoniale et citoyenne. Présentée par Bertrand Barrère, urbaniste, l’expérience de Vorderwald, dans le Vorarlberg en Autriche, montre combien le savoir-(bien) faire local peut sous-tendre des transitions à toutes les échelles, dans tous les domaines et avec tous les acteurs.

Cathy KUHN

Visite du laboratoire UFR STGI pile à combustible 

Daniel HISSEL
Professeur à l’Université de Franche-Comté, responsable d’équipe au sein du département Energie de l’Institut FEMTO-ST, Directeur de la fédération de recherche FCLAB - PHOTO ADU

Daniel HISSEL Professeur à l’Université de Franche-Comté, responsable d’équipe au sein du département Energie de l’Institut FEMTO-ST, Directeur de la fédération de recherche FCLAB - PHOTO ADU

L'ADU a participé à une visite du Labo FcLab Pile à combustible sur le site de Techn'hom le 5 décembre dernier animée par Daniel HISSEL, Professeur à l’université de Franche-Comté, et spécialiste de l'hydrogène et des piles à combustible. Il dirige la Fédération de recherche FCLAB du CNRS, spécialisée dans le domaine des systèmes de pile à combustible et formée d’équipes de recherche issues de cinq laboratoires.

Daniel Hissel est également à la tête de l'équipe «Systèmes électriques hybrides, actionneurs électriques, systèmes PAC» au sein de l'institut Femto-ST. 

Aujourd'hui, le département ÉNERGIE composé de 150 personnes focalise ses activités de recherche sur la conversion et la gestion de l’énergie, notamment sur la production de l’hydrogène à partir de ressources renouvelables

Cette visite a permis d'appréhender les potentialités énormes de l'hydrogène pour répondre aux défis de la transition énergétique et de l'autonomie des territoires.

Une opportunité locale de développement sous exploitée ?

Nathalie FERNANDEZ

Agenda

Journée de l'habitat 

organisée par Pays de Montbéliard Agglomération, elle est l'occasion de convier élus, techniciens et partenaires à réfléchir collectivement aux futures orientations et actions de la politique de l'habitat.

le 7 février 2019

Livre du mois

L'urbanisme des milieux vivants : Agence TER, Henri Bava, Michel Hössler, Olivier Philippe, Grand Prix de l'urbanisme 2018 : nominés Patrick Bouchain, François Leclercq, Jacqueline Osty

Editions Paranthèses.-2019

Dans un contexte global marqué par le réchauffement climatique et les problématiques environnementales, le Grand Prix de l'urbanisme 2018 a été décerné à un collectif de paysagistes dont les projets mettent, invariablement, la nature au centre : l'Agence TER. Travaillant en amont des projets d'urbanisme, leurs interventions, connues dans plusieurs parties du monde pour s'inscrire dans le temps long, ont toutes en commun de participer à la conception d'un « urbanisme des milieux vivants ».

le chiffre du mois

45

le nombre de communes de PMA qui ont gagné des habitants entre 2006 et 2016.

Source : INSEE



Charles BERGOUNIOUX, Directeur de publication

Crédits photos ADU

Si vous voulez vous désabonner, cliquez ici