Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter, cliquez ici

63    Octobre 2018

Logo Newsletter

nos études, nos actions, nos métiers

Signature de la convention action cœur de ville de Montbéliard

 

 

1er rang de gauche à droite : Jean-Philippe SETBON (secrétaire général de la préfecture du DOubs, représentant le Préfet), Marie-Noëlle BIGUINET (maire de Montbéliard), Charles DEMOUGE (président PMA)

1er rang de gauche à droite : Jean-Philippe SETBON (secrétaire général de la préfecture du DOubs, représentant le Préfet), Marie-Noëlle BIGUINET (maire de Montbéliard), Charles DEMOUGE (président PMA)

Samedi 29 septembre a eu lieu la signature de la convention cadre action cœur de ville de Montbéliard dans les locaux de l’hôtel de ville. Cette convention décrit les modalités de mise en œuvre du programme et l’engagement des différentes parties associées. Avec ce dispositif, Montbéliard accèdera à des crédits d’Etat lui permettant de préciser et accélérer la mise en œuvre de sa stratégie de revitalisation du centre-ville.

L’ADU interviendra en assistance à maître d’ouvrage auprès de la ville pour accompagner le directeur de projet dans la coordination du dispositif partenarial, établir les différentes pièces du dossier de convention et pour définir un tableau de bord permettant de suivre et évaluer la mise en œuvre du projet.

Philippe BOZON

Commission SCoT du 05 septembre 2018

L’objectif de cette commission était d’échanger sur l’organisation des travaux à venir pour la reprise du SCoT Nord Doubs et sur la composition des 4 ateliers thématiques constitués à cet effet :

  • Atelier n°1 : « Environnement ».
  • Atelier n°2 : « Développement Économique ».
  • Atelier n°3 : « Habitat ».
  • Atelier n°4 : « Gestion de l’espace »

Lors de la commission, les membres ont été informés :

  • De la forte mobilisation des élus lors des inscriptions à ces ateliers thématiques.

Jean-Louis NORIS (Vice-Président de PMA en charge du SCoT et Maire de Bourguignon) a rappelé, à ce titre, qu’il était important de sensibiliser un maximum d’élus, considérant les conséquences concrètes du SCoT sur la gestion des documents  d’urbanisme communaux.

  • De l’association des personnes publiques concernées par la thématique, et notamment des services de l’Etat qui seront invités à chaque atelier par PMA.
  • Qu’après une série d’ateliers prévue en novembre destinée à évaluer les conséquences de l’actualisation du diagnostic sur les orientations du 1er projet de SCoT, la commission se réunira pour prendre les décisions et procéder aux arbitrages, qui leur seront demandés dans le cadre de l’élaboration du projet de SCoT.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site internet dédié au SCoT Nord Doubs. Vous pourrez disposer de nombreuses informations et consulter les documents relatifs au SCoT.

Raphaëlle DEMBOWIAK

Conseil Citoyen de Grand-Charmont – Réaménagement de la rue de Normandie

Suite à la démolition de l’immeuble Bretagne, situé rue de Normandie dans le quartier des Fougères à Grand-Charmont, Néolia a établi un plan masse pour la reconstruction sur place d’une vingtaine de logements. Le conseil citoyen de la ville est porteur d’une réflexion sur le réaménagement de la rue de Normandie, en accompagnement de la nouvelle opération de logements.

Le Conseil Citoyen a sollicité l’ADU pour l’accompagner dans l’animation d’ateliers citoyens et la formalisation des propositions de réaménagement de la rue de Normandie. Une série de 3 ateliers de travail participatif (en mars, avril et juin 2018) avec des représentants du conseil citoyen, des riverains de la rue de Normandie ainsi que des représentants de la commune (élus et techniciens), a permis de définir des propositions de réaménagement de la rue.

Une réunion de restitution de ce travail, le 17 septembre 2018, a permis au Conseil Citoyen d’acter son souhait de poursuivre la démarche avec les partenaires (PMA, NEOLIA, Etat, commune de Grand-Charmont, écoles, habitants de la rue) jusqu’à ce que des travaux aient lieu dans les années à venir.

Romain PRIOUX

39ème rencontre des agences d'urbanisme, 7,8 et 9 novembre 2018

La prochaine rencontre des agences d’urbanisme se tiendra à Lille et Dunkerque, les 7,8 et 9 novembre 2018.

Aujourd’hui plus que jamais, notre société évolue et connaît de profonds bouleversements. Comment se réinventer, dans nos modes de pensées comme dans nos modes de faire, pour affronter les multiples changements et en faire les opportunités d’un renouveau territorial ?

En s’engageant dans un processus de conception des politiques publiques et de projets urbains et territoriaux, dans une logique de design qui redonne la priorité à la prise en compte des usages et des usagers, tout en laissant la place à la créativité et à l’expérimentation. #DESIGN

En innovant, non seulement pour se démarquer dans un monde en compétition mais aussi – et surtout – pour imaginer de nouvelles solutions qui répondront aux spécificités locales. #INNOVATION

Temps fort de l’urbanisme en France, cette 39e rencontre nationale sera l’occasion pour les agences d’urbanisme, les collectivités locales, les services de l’Etat, les grands opérateurs publics et privés… d’échanger, de participer, de se rencontrer et de travailler ensemble sur les territoires de demain.

Retrouver toutes les informations sur le site dédié à la rencontre

Nathalie FERNANDEZ

Mises en perspective régionales : dernières analyses de l’INSEE

Le 25 septembre, l’INSEE Bourgogne-Franche-Comté proposait un rendez-vous dans les locaux de la CCI du Territoire de Belfort afin de partager avec les acteurs locaux les résultats d’études récentes. Trois thèmes ont été successivement abordés :

  1. Les projections démographiques à horizon 2050 font état de dynamiques contrastées à l’échelle régionale : le Doubs et le Territoire de Belfort caractérisés par une population plus jeune sont particulièrement confrontés à un essoufflement progressif de leurs dynamiques naturelles qui entretiennent aujourd’hui leur croissance démographique.
  2. L’étude des petites villes de la Région (concernant les unités urbaines de 5 000 à 20 000 habitants) montre sur les 25 dernières années « des trajectoires très contrastées, largement conditionnées par leur accessibilité, leur proximité aux grands pôles urbains et leur profil économique ». Localement, au sein de la zone d’emploi de Belfort-Montbéliard, ce sont les unités urbaines de Champagney/Ronchamp, Héricourt et Fesches-le-Châtel/Bourogne qui ont eu les développements les plus favorables tant en termes d’emploi que de population, bénéficiant notamment des mouvements de périurbanisation des agglomérations voisines.
  3. Enfin, deux approches des filières économiques du ferroviaire et de l’automobile étaient présentées. Si une baisse des effectifs salariés de la filière automobile a été constatée partout en France entre 2008 et 2015, la Bourgogne-Franche-Comté est, parmi les régions où le niveau d’emploi de cette filière est important, celle qui a le mieux résisté à la crise.

Charles BERGOUNIOUX

la vie à l'agence

Après un stage de 6 mois très concluant, l’agence a le plaisir d’accueillir à nouveau Eglantine HUE en CDD pour une durée de 6 mois. Titulaire d’un Master 2 « Étude et conduite de projet urbain » à l’université de Strasbourg, elle vient consolider l’équipe projet en charge du SCoT.

agenda

3ème édition des Matinées de la transition énergétique dans le Pôle Métropolitain du Nord Franche-Comté : habitat et transition énergétique en Franche-Comté

25 octobre 8h45-12h30

Programme

Livre du mois

Regards croisés sur les villes moyennes, des trajectoires diversifiées au  sein des systèmes territoriaux

Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET)La Documentation Française.-79 p

Traits d’union entre les territoires de faible densité et les métropoles, les villes moyennes sont des interfaces qui permettent l’accès aux réseaux, facilitent les flux, les échanges, et par conséquent les relations interterritoriales. Afin d’appréhender au mieux cette diversité de situations, le CGET propose une lecture en dynamique qui croise la spécification des fragilités de ces villes et leurs insertions dans les systèmes urbains régionaux.

le chiffre du mois

54

C’est le nombre de « tiers-lieux » recensés en Bourgogne-Franche-Comté hors métropole, soit 8% du total national et 1 tiers-lieu pour 50 000 habitants en moyenne

Source : rapport 2018 de la mission coworking « faire ensemble pour mieux vivre ensemble » - Fondation Travailler autrement



Charles BERGOUNIOUX, Directeur de publication

Crédits photos ADU

Si vous voulez vous désabonner, cliquez ici