Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter, cliquez ici

53    Juillet 2017

Logo Newsletter

nos études, nos actions, nos métiers

Signature du protocole du NPNRU : le programme d’études est lancé !

L’ensemble des partenaires du nouveau programme de renouvellement urbain concernant la Petite Hollande à Montbéliard et les Evoironnes à Sochaux s’est réuni le 22 juin.

La première partie de l’après-midi était consacrée à la visite de deux chantiers sur les quartiers : la plaine de jeux aménagée par la ville de Montbéliard face au Jules Verne dans le quartier de la Petite Hollande et les nouveaux logements des Harmoniales construits par IDéHA à Sochaux.

Les partenaires se sont ensuite retrouvés au siège de Pays de Montbéliard Agglomération pour signer le protocole de préfiguration qui permet le financement d’études. Elles se dérouleront sur une période de 18 mois. Les résultats qui sont attendus courant 2018 permettront de fonder le programme opérationnel sur des bases solides. 

Cathy KUHN

Les agglomérations moyennes : cœur de cible des politiques nationales à venir ?

Souvent oubliées des politiques nationales d’aménagement du territoire, partagées ces dernières années entre les métropoles et les ruralités, les agglomérations moyennes sont aujourd’hui en mutation, en projet et en quête de redynamisation.

La FNAU a engagé une réflexion sur ces territoires, qui sont nombreux à être membres des agences d’urbanisme. L’objectif est de construire une connaissance partagée des phénomènes en cours sur ces territoires, de repérer les démarches ou stratégies innovantes, de proposer des outils et leviers d’actions à développer dans les politiques nationales et locales.

Les travaux sont conduits sur 2017/2018 par un groupe d’agences d’urbanisme pilotes. Il s’organise sous forme de focus groupes associant des agents des agences d’urbanisme, des experts, des représentants institutionnels (CGET, CDC, DGLAN…) et des collectivités apportant leurs témoignages.

Un rapport, sous forme de « Dossier FNAU », présentera les conclusions de ce groupe de travail. Il permettra d’ouvrir le dialogue à l’échelle nationale sur la prise en compte des agglomérations moyennes dans les politiques d’aménagement du territoire. Il permettra aussi aux agences de mieux cibler leur accompagnement.

Philippe BOZON

SCoT Nord Doubs, réunion avec les acteurs commerciaux

(de gauche à droite) Monsieur CURTIT, David LESTOUX, Jean-Louis NORIS
photo CCI25

(de gauche à droite) Monsieur CURTIT, David LESTOUX, Jean-Louis NORIS photo CCI25

Dans le prolongement du séminaire du 06 juin 2016 relatif au diagnostic « commerce » du SCOT Nord-Doubs, la CCI 25 a souhaité réinviter, le 15 juin 2017, les acteurs commerciaux afin de recueillir leurs attentes et leurs besoins en termes de stratégie commerciale à mener dans le cadre du SCOT.

Les débats ont été animés par David LESTOUX du cabinet « LESTOUX & associés ». En introduction, ce dernier a énoncé quelques éléments de contexte concernant l’augmentation des m² commerciaux :

  • En France, depuis 10 ans, les m² commerciaux augmentent 6 à 7 fois plus vite que la population. A horizon 2025, 25 millions de m² de friches commerciales sont estimés à l’échelle nationale si tous les projets prévus aujourd’hui se concrétisent.
  •  Depuis 2008, la vacance commerciale a augmenté de 1% chaque année, ce qui donne aujourd’hui le chiffre de 15% de vacance dans les centres de villes moyennes à l’échelle nationale

 Sur le SCOT Nord-Doubs :

  • Il y a environ 10.000 m² de friches commerciales
  • Les zones commerciales périphériques ont une occupation du sol répartie comme suit : 23% d’espaces bâtis, 2% d’espaces végétalisés et 75% pour du stationnement et de la voirie. Pour M. LESTOUX, les 2% d’espaces végétalisés sont un des taux les plus bas qu’il ait rencontré en France aujourd’hui.

Suite à cette introduction, M. LESTOUX a invité les personnes présentes à hiérarchiser les 10 axes de réflexion qu’il propose pour le DOO du SCOT. Les votes ont donné le tiercé suivant :

  1. Améliorer l’attractivité du territoire auprès des enseignes différenciantes manquantes par des espaces commerciaux à meilleure image
  2. Conforter la centralité d’agglomération (et notamment le centre-ville de Montbéliard)
  3. Limiter, voire interdire le commerce sur les espaces d’activités non commerciaux 

Romain PRIOUX 

NPRU – concertation, séminaire au Jules Verne à Montbéliard

Dans le cadre du Nouveau Programme de Renouvellement Urbain (NPRU), qui va concerner les quartiers des Graviers-Evoironnes à Sochaux et de la Petite Hollande à Montbéliard, l’ADU est missionnée pour mener une démarche « exploratoire » afin d’établir un dialogue entre le CVU et le NPRU sur le volet urbain. Il s’agit de permettre aux habitants et aux usagers de s’approprier les objectifs stratégiques du programme urbain, y compris à une échelle large, et de contribuer à la construction d’un projet de renouvellement partagé.

Dans une première phase, sur la période avril-mai 2017, l’ADU a rencontré une quarantaine de personnes, représentant différentes catégories d’acteurs (élus, techniciens des 2 villes et de PMA, bailleurs, Etat, associations, MJC, Conseils Citoyens). Sur la base d’un questionnaire commun, chaque acteur a pu s’exprimer sur ce qui a pu fonctionner en matière de concertation lors du PRU 1 (2005-2014) et là où se situent les marges de progrès par rapport au prochain PRU. Par exemple, les acteurs techniques du Renouvellement Urbain précisent tous que le PRU 1 a été efficace pour engager des habitudes de travail communes, même si les habitants ont été oubliés. Comme marges de progrès, ont été cités le fait que la concertation doit aller au-delà de la simple information (la réunion publique classique n’étant pas le meilleur format pour faire s’exprimer les habitants), ou encore la nécessité de définir des règles du jeu claires dès le départ pour éviter de générer de faux espoirs.

Le 27 juin, au Jules Verne à Montbéliard, un séminaire fut consacré à la restitution, sous forme de synthèse, de ces entretiens. Par ailleurs, lors de ce séminaire, l’ADU a souhaité mettre l’accent sur des exemples de modalités de concertation comme l’usage du logiciel CARTICIPE, ce qu’on peut trouver dans une Maison du Projet (à Echirolle, Villeurbanne ou Clichy), ou encore la mise en scène artistique de démolitions de tours HLM (Strasbourg).

Enfin, les 41 personnes présentes se sont exprimées, via un système de vote sur la question : « faut-il concerter sur  tout ? », avec une moitié de cartons verts « je suis d’accord », et une autre moitié de cartons bleus « je ne suis pas d’accord » (cf photo).

Elles ont aussi échangé sur le rôle que pourraient jouer les maisons de projet.

La suite des travaux est prévue fin septembre. 

Romain PRIOUX

Une fête de quartier décoiffante à la Petite Hollande !

Samedi 1er juillet. Au cœur du quartier de la Petite Hollande. Le vent souffle sur les hauteurs de Montbéliard et les habitants attendent le fameux coup d’envoi de l’été ! Au programme : stands en tous genres, musique, danse, initiation au judo, Food truck etc. L’Agence de Développement et d’Urbanisme (ADU) de Montbéliard l’a bien compris, c’est une occasion à ne pas manquer. Ouvert à tous et reflétant l’esprit du quartier ce moment est parfait pour recueillir la parole des habitants (les vrais spécialistes du quotidien du quartier). Dans le contexte particulier du Nouveau Programme de Renouvellement Urbain, l’Agence s’est donc rapidement mobilisée pour l’organisation d’un stand à l’effigie des futurs projets de la Petite Hollande.

14h00. L’installation des grilles d’expositions s’est faite dans une ambiance venteuse. Mais les festivités commencent. C’est parti pour 4 heures d’atelier, tous s’y adonnent pleinement, c’est un métier d’être citoyen ! Sur la table du stand, la maquette boisée du quartier attire les curieux. « Les tracés foncés, c’est de l’eau madame ? » demande un enfant du quartier. Les jeunes sont souvent très visionnaires. Après tout, ne trouve-t-on pas des noues dans les éco-quartiers ? Plus loin, les cadavres exquis sont très prisés. Une habitante commente : « ce qui me déplaît dans le quartier c’est qu’il n’y a plus de Lidl. Avant on y trouvait de tout et les prix étaient corrects». Vient ensuite l’atelier « carte sur table », une manière de mettre le doigt là où ça fait mal. Les Hexagones sont désignés comme le « pire endroit ». Juste à côté, se tient l’atelier « photos du quartier » où la nouvelle plaine de jeux a fait l’unanimité,». Puis un questionnaire sur l’utilisation des espaces extérieurs circule. «Dans le quartier il n’y a pas d’espaces verts comme le Pré-la-rose, donc on va ailleurs » répond une dame. « Il faut réinventer une manière de se réapproprier les espaces, avec de nouvelles formes d’animations et en repérant l’usage des habitants » propose un autre sondé.

Finalement ce stand a été un moment de partage et d’information. Ce jour-là, les membres de l’Agence ont combattu le vent tourbillonnant de la Halle des Hexagones. Mais, les brises arrivants de tous bords, étaient à l’image des idées fusantes des citoyens.

Camille PRAT

Ronchamp : essai transformé pour la reconversion de l’ancienne filature !

photo Ecoparc Ronchamp

photo Ecoparc Ronchamp

Souvenez-vous, le 14 octobre 2015, l’agence vous invitait à participer à la visite de l’ancienne filature de Ronchamp organisée par le Parc Naturel des Ballons des Vosges. Cette friche industrielle a fait l’objet d’une reconversion économique et urbaine accompagnée par le PNR dans le cadre d’une démarche participative enclenchée en 2011.  Six ans seulement auront été nécessaires pour passer de l’état de friche à un nouvel avenir !

Le 1er juillet, la communauté de communes de Rahin et Chérimont inaugurait donc la première tranche de cette opération d’ensemble en présence de l’atelier Cité Architecture, maître d’œuvre de ce projet de reconversion, le l’Etat et de la Région. L’ancienne usine textile laisse aujourd’hui place à un pôle d’équipements et d’activités au cœur de la ville de Ronchamp. Le défi de concevoir un site répondant à des usages contemporains en préservant les liens avec l’histoire économique, humaine et sociale du territoire a été unanimement salué à cette occasion. »

Voir la vidéo

Charles BERGOUNIOUX et Cathy KUHN

Eau valeur d’aménagement dans le Nord Franche-Comté : les éléments de débats

Le 8 juin 2017, l’Agence a présenté à ses partenaires l’étude « L'eau valeur d’aménagement dans le Nord Franche-Comté demandée par la DREAL Bourgogne Franche-Comté aux agences d'urbanisme de Belfort (AUTB) et Montbéliard (ADU).

Une cinquantaine de participants a débattu des opportunités qu’offre la présence de l’eau pour l’attractivité territoriale.

Une synthèse des débats est disponible sur le site de l’Agence, ainsi que la présentation du 8 juin 2017, l’étude complète, ainsi que le film.

Elisabeth SCHMITT

L’ADU participe à l’atelier « territoires d’intelligence et la transition numérique » de la FNAU

La FNAU engage une démarche sur « territoires d’intelligence et la transition numérique » afin :

  • d'accompagner la mutation numérique des territoires et les approches « ville intelligente »,
  • de rendre visible l’action des agences d’urbanisme dans cette transition, et d'accompagner la mutation de leurs missions et compétences 
  • de favoriser des actions concrètes en réseau entre agences et avec des partenaires.

Le but de cet atelier est d’identifier les actions et les partenariats à conduire par la FNAU pour répondre aux enjeux de la transition numérique au sein des agences d’urbanisme.

L’atelier s’organise autour de 8 tables rondes reparties autour de trois grandes thématiques : « coproduction et e-citoyenneté », « data » et « économie et aménagement numérique ».

Il s’appuie sur les orientations du rapport du député Luc BELOT sur la smart city, les enjeux issus d’une enquête auprès des agences d’urbanisme et des débats du Bureau de la FNAU.

L’ADU a contribué à la table ronde concernant l’Open Data et la datavisualisation qui a mis en évidence deux enjeux :

  • comment pérenniser, au sein des agences d’urbanisme, la montée en compétence nécessaire au traitement des données issues de l’Open Data ?
  • comment donner du sens à ces données et les rendre facilement appropriables à nos partenaires ?

Les conclusions de cet atelier seront partagées dans les prochains mois avec le Bureau de la FNAU afin de construire une stratégie globale pour les agences d’urbanisme sur la question de la transition numérique

José PEREIRA

Un club pour mieux partager les données sur nos territoires

Le 15 juin dernier l’agence co-animait le club observation de la FNAU qui se tenait à Lyon sur la question de l’organisation des données en agences.

L’occasion d’échanger sur l’évolution des métiers des agences pour faire face aux nouveaux enjeux de la donnée et accompagner les mutations des territoires dans lesquels elles travaillent en évitant notamment la privatisation de la ville et de la donnée. Le numérique est en effet un formidable outil pour une citoyenneté renouvelée et l’économie de la donnée se situe au cœur de la transition des territoires vers le développement durable.

Les professionnels des agences ont notamment pu travailler sur le projet OpenStreetMap (OSM) en vue de mieux alimenter, récupérer, utiliser les données OSM dans le cadre de leur activité.

Samuel WIDMER

Enjeux, orientations et engagements du nouveau schéma régional

photo : Alterre Bourgogne-Franche-Comté

photo : Alterre Bourgogne-Franche-Comté

Les agences d’urbanisme de Bourgogne-Franche-Comté étaient aux côtés de la Région pour relever les propos des acteurs qui ont pu s’exprimer sur l’élaboration du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) à l’occasion de 3 ateliers transversaux tenus le 15 juin à Chalon-sur-Saône sur les complémentarités et solidarités, le 20 juin à Besançon sur l’ouverture et les coopérations, le 29 juin à Pouilly-en-Auxois sur les grandes mutations et les territoires en transition. Il était demandé aux acteurs de partager à la fois leurs enjeux, leurs orientations et leurs engagements dans la perspective de ce nouveau schéma régional.

L’atelier de synthèse se tiendra le 14 septembre à Dijon.

Samuel WIDMER

la vie à l'agence

Nouveauté : le Kiosque

Le Kiosque est un récapitulatif semestriel des productions, publications, films, 4 pages, rendu d'évènement de l'ADU...mais aussi les nouveautés disponibles dans son centre de documentation.

Voici le 1er numéro !

Livre du mois

#Ville des Intelligences #Territoires Numériques

La ville intelligente et la transition numérique interpellent les agences d’urbanisme dans leur philosophie d’action, leurs missions et l’évolution de leurs métiers pour accompagner les mutations des territoires dans lesquels elles travaillent. La FNAU a donc inscrit à l’agenda de ses actions 2017-2018 une démarche sur le numérique. Afin d’identifier des axes de travail partagés en réseau par les agences et formuler l’action spécifique de la FNAU, un travail d’enquête auprès des agences a été réalisé début 2017 pour mieux connaître les actions conduites par les agences d’urbanisme et les stratégies de leurs territoires. Ce matériau a permis de tracer les premières orientations de la réflexion et a servi de base à un débat du Bureau de la FNAU avec le député Luc Belot dans le cadre de sa mission parlementaire sur la ville intelligente.

Ce dossier FNAU n° 41 donne donc à voir comment les Agences d’urbanisme se sont emparées des questions de transition numérique. Comment appréhendent-elles les mutations liées à ces questions ?

le chiffre du mois

420 000

C’est le nombre d’habitants à moins d’une demi-heure de route de l’hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans

source : ADUPM - OpenStreetMap (and) contributors, CC-BY-SA



Charles BERGOUNIOUX, Directeur de publication

Crédits photos ADU

Si vous voulez vous désabonner, cliquez ici