Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter, cliquez ici

81    Janvier 2021

Logo Newsletter

nos études, nos actions, nos métiers

Chiffres 7 : marché de l’immobilier résidentiel dans le Pays de Montbéliard

L’ADU s’est engagée dans le groupe de travail DVF, qui œuvre au sein du Réseau d’Observatoires de la Consommation d’Espaces en Région depuis sa création en 2019.

Ce groupe de travail vise à s’approprier le nouveau jeu de données Demandes de Valeurs Foncières, qui recense l’ensemble des ventes de biens foncier et qui est produit par la Direction Générales des Finances publiques.

Cette nouvelle publication fait le point sur les premières exploitations de cette donnée sur le territoire de Pays de Montbéliard Agglomération, en se concentrant sur l’évolution des ventes immobilières et leur prix.

Sophie MOLLARD

Temps 1 du tableau de Bord du Schéma Départemental d’Amélioration de l’Accessibilité des Services au Public (SDAASP) du Doubs

Prochainement, se tiendra le comité de pilotage du SDAASP qui permettra de faire l’état d’avancement de la mise en œuvre du schéma trois ans après son arrêt.

A cette occasion les agences d’urbanisme de Montbéliard et Besançon présenteront le temps 1 du Tableau de bord du SDAASP réalisé à la demande du Département du Doubs.

Les objectifs du tableau de bord sont de mesurer l’amélioration de l’accessibilité aux services et aux équipements à partir d’une vision d’ensemble et synthétique et de permettre un dialogue du Département du Doubs avec les EPCI et les territoires de SCoT afin de faire converger les actions publiques départementales et locales autour des mêmes objectifs.

En cohérence avec les objectifs du SDAASP, 19 indicateurs ont été définis et renseignés sur les thématiques des services publics, des services sociaux, de la santé, du numérique et de l’attractivité territoriale.

Ce travail s’appuie sur la présence et les taux de couverture des différents équipements et services pour 82 pôles définis dans une armature territoriale départementale. Le temps 1 permet de mesurer les évolutions 2 ans après la première version du tableau de bord.

Elisabeth SCHMITT

Sociotopes : l’ADU produit un mini-film pour présenter cet outil

En novembre dernier, l’ADU est intervenue dans un projet de formation à distance porté par l’Agence d’Urbanisme de la Sambre (Maubeuge).

Il s’agissait de contribuer à la réalisation d’un MOOC (« Massive Open Online Course »), outil de formation en ligne, sur l’utilisation de la méthode des sociotopes. Cet outil devrait être très prochainement disponible.

La contribution de l’ADU a consisté en la réalisation d’un mini-film exposant la méthode des sociotopes et l’outil du « Place Game© » qui permettent de se questionner sur la notion de qualité des espaces et des aménagements comme facteur de « bien vivre » tout en prenant en compte l’usager dans les projets.

Le mini-film revient sur une formation-action organisée par l’ADU en 2012, avec Pays de Montbéliard Agglomération et faisant intervenir Jean-Pierre Ferrand, le spécialiste français des sociotopes. Elle s’adressait aux techniciens communaux, intercommunaux et aux bailleurs sociaux. Après cette formation, l’ADU a récemment réutilisé sur la ville d’Etupes l’outil du « Place Game » qui découle de cette méthode pour co-construire le projet de développement du centre avec les habitants. En effet, cet outil permet de partager la perception des usages actuels sur les espaces publics et de formuler des pistes d’amélioration pour pallier les dysfonctionnements.

Lors de la séance de clôture du projet INTERREG TVBuONAIR en novembre dernier, l’agence de Maubeuge a passé en revue chaque outil que les agences ont développé, incluant la démarche des sociotopes. Cette formation permet notamment de donner une visibilité nationale aux travaux de l’ADU.

Voir le film ici

Cathy KUHN et Elisabeth SCHMITT

Forum dédié à l’hydrogène les 13 et 14 janvier à Belfort

Le forum Business for climate hydrogen s’est tenu mercredi 13 et jeudi 14 janvier, sous un format numérique. Organisé depuis Belfort, il a rassemblé plus de 1000 participants.

Plusieurs temps d’échanges ont accueilli des acteurs clés de la filière hydrogène, qu’ils soient institutionnels comme le Parlement européen, la Région Bourgogne-Franche-Comté, l’Ademe, le Grand Belfort, des industriels comme Air Liquide, Alstom, Hyundai, Gaussin ou Faurecia, mais aussi des universitaires comme FEMTO-ST basé à Belfort.

Le déploiement de la filière hydrogène a connu un gros coup d’accélérateur en 2020, puisque pour l’horizon 2030 ont été annoncés 7,2 milliards d’euros fléchés par la France vers cette filière, et potentiellement 430 milliards d’euros investis par l’Europe .

La dynamique s’inscrit autant dans la production de l’hydrogène, l’industrialisation de la filière, que la diversification des usages. L’occasion de rappeler les atouts du Pôle Métropolitain, avec notamment le site de Faurecia à Bavans (R&D sur le réservoir à hydrogène pour véhicules), l’entreprise Gaussin à Héricourt (transports de marchandises et de personnes), ou encore la start-up H2SYS à Belfort (groupe électrogène qui utilise la pile à combustible).

Tous les ingrédients ne sont-ils pas réunis pour faire du Pôle Métropolitain la capitale mondiale de l’hydrogène ?

Plus d'informations ici

Romain PRIOUX

Un soutien financier de l'Etat pour les Petites villes de demain

Le dispositif Petites villes de demain vise à améliorer les conditions de vie des habitants des petites communes et des territoires alentour, en accompagnant les collectivités dans des trajectoires dynamiques et respectueuses de l’environnement.  

Le programme a pour objectif de donner aux élus des villes  de moins de 20 000 habitants exerçant des fonctions de centralités les moyens de concrétiser leurs projets de territoire, en lien avec leurs intercommunalités.

Le lancement de Petites villes de demain intervient au moment où notre pays connaît une crise sanitaire et économique sans précédent.

Aussi, pour y faire face, l’Etat a décidé d’engager un plan de relance de 100 Mds €, dont une partie importante des crédits est territorialisée.

Sa concrétisation repose notamment sur la mobilisation rapide des collectivités.

À ce titre, 1000 communes et intercommunalités au niveau national pourront bénéficier immédiatement des crédits de la relance pour le financement de leurs projets de centralités structurants,  qui contribueront aux trois priorités du plan que sont l’écologie, la compétitivité et la cohésion sur la période 2020-2026, avec à la clé, une enveloppe d’un montant total de 3 milliards d’euros.

Au niveau de la Région Bourgogne-Franche-Comté,

104 Petites villes de demain  qui rassemblent 109 communes ont été retenues pour le programme le 14 décembre dernier ,

dont 14 sur le Département du Doubs et 12 pour le Département de la Haute-Saône.

Voir l’infographie ici

Voir aussi le site de l’Agence nationale de la Cohésion des territoires

Nathalie FERNANDEZ

41ème rencontre des agences d'urbanisme à Brest, décembre 2020

La 41e rencontre des agences d'urbanisme s'est déroulée les 1er et 2 décembre dans un format totalement inédit.

Malgré le contexte, la richesse des contenus et la qualité des échanges étaient au rendez-vous. 

En quelques chiffres

  • 29 intervenants ont échangé en table ronde durant 2 jours.
  • 12 ateliers prospectifs travaillant depuis 6 mois ont restitué leurs travaux de façon simultanée
  • 1787 personnes se sont inscrites sur la plateforme dont 1460  réellement connectées jusqu'à présent
  • Plus de 2 000 messages ont été échangés sur les tchats

Valorisation

L'intégralité des vidéos des plénières et des ateliers seront accessibles durant 1 an sur la plateforme.

Les actes de la rencontre seront publiés dans la revue Urbanisme fin février.

Enfin, une série de 12 podcasts est en cours de réalisation pour donner à entendre les récits prospectifs issus des ateliers. Le premier épisode est d'ores et déjà accessible. Inscrivez-vous à notre lien RSS

la vie à l'agence

Des priorités de travail définies pour l’année 2021

Le 19 janvier 2021, le Bureau de l’ADU s’est réuni afin de dégager les axes de priorités à retenir pour la construction du programme de travail de l’année 2021, et arrêter le budget prévisionnel.

Environ 80 % des capacités d’études actuelles de l’Agence sont déjà mobilisées par les engagements de l’année 2020 liés à la poursuite de missions, concernant tout particulièrement :

  • La réponse aux objectifs de suivi et de mise en œuvre du Schéma de Cohérence Territoriale Nord Doubs et du Programme Local de l’Habitat du Pays de Montbéliard,
  • Un temps fort concernant un premier bilan de l’engagement du Programme National de Renouvellement Urbain avec Pays de Montbéliard Agglomération,
  • La consolidation du socle d’observation mis en place depuis 2017, tout particulièrement sur les questions foncières et l’éclairage d’enjeux territoriaux de la transition énergétique,
  • L’assistance-conseil permanente aux communes dans la gestion de leurs documents d’urbanisme et de leurs problématiques d’aménagement,
  • La conduite des missions engagées dans le cadre de prestations de service contactualisées.

Parmi les nombreuses demandes d’intervention, des priorités ont été définies autour de :

  • La planification et des attentes partenariales importantes en la matière (SRADDET, SCoT, PLUi et PLU …),
  • L’accompagnement des collectivités dans les projets de restructuration et de revitalisation urbaines,
  • L’appréhension des enjeux de reconquête de friches ou espaces dégradés.

Sur ces fondements, le Bureau a adopté le budget prévisionnel de l’ADU. L’augmentation de recettes issues de contrats est le seul paramètre permettant de renforcer les moyens humains pour répondre à l’ensemble des besoins exprimés : elle doit donc rester un objectif majeur.

Charles BERGOUNIOUX

L'agence accueille trois nouveaux salariés

Raphaël HAVAS

Raphaël HAVAS

Raphaël HAVAS est Urbaniste. Il a d’abord suivi une formation généraliste avec une Licence en Management des Collectivités Territoriales (Université de Picardie Jules Verne) pour ensuite se spécialiser dans l’urbanisme en obtenant un Master en Urbanisme et Aménagement du territoire spécialisé collectivités territoriales (Université Rennes 2).

Il débute son parcours professionnel en 2015 par un stage de fin d’études de 7 mois au sein de la S.A.E.M.L. Territoires Charentes située à Angoulême (16) en tant qu’assistant à chargé d’opérations. Il a participé à des missions d’assistance à maitrise d’ouvrage (mise en place et suivi de procédures de marchés publics, suivi de travaux/chantiers). En 2016, il intègre l’Agence Publique de Gestion Locale 64 située à Pau (64) en tant qu’assistant à chargé d’études. Ses missions au sein du syndicat mixte sont variées, il travaille principalement sur des missions de planification (élaboration, modification de documents d’urbanisme), il suit également l’instruction du droit des sols et réalise des études prospectives de projets urbains (étude de revitalisation de centre-bourg, étude de déplacements).

Ses principales missions à l’ADU concernent aujourd'hui :

  • Les P.L.U. de Blamont, Seloncourt et Etupes ainsi que la Carte Communale de Noirefontaine.
  • L'Assistance à Maîtrise d'Ouvrage au P.L.U.I. de la Communauté de Communes du Pays de Villersexel.
  • L’observatoire du foncier agricole.
  • L’observatoire des espaces fonciers dégradés.

Jérôme FAURITE

Jérôme FAURITE

Jérôme FAURITE est issu d’une formation d’urbaniste à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, avec une spécialisation en projet urbain acquise en alternance au sein de l’agence TANGRAM Architectes à Marseille.

Après une expérience de deux ans en urbanisme règlementaire (droit des sols) au sein de la Ville de Nancy, il s’est orienté vers des missions de planification territoriale ; il a notamment rejoint en 2018 la communauté de communes Leff Armor Communauté, où il a eu en charge le pilotage et l’animation de l’élaboration du PLUiH jusqu’en 2020.

Ses principales missions à l’ADU concernent aujourd’hui :

  • La conduite de procédures d’évolution de PLU communaux
  • L’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage sur des procédures SCoT (PETR du Doubs Central) ou PLUi (Communauté de communes Rahin et Chérimont)
  • La contribution aux missions d’observatoire de l’agence (observatoire foncier) et aux réflexions à plus grande échelle

Louisa BENHAMIDA

Louisa BENHAMIDA

Louisa BENHAMIDA est issue d’une formation pluridisciplinaire en sciences politiques et géographie aménagement (Université Lyon 2), puis elle s’est spécialisée en maîtrise d’ouvrage urbaine et immobilière (Université Rennes 2).

Suite à ses études, elle intègre Sedia et Territoire 25 où elle acquiert une expérience d’environ 2 ans en tant que chargée d’opérations et médiatrice du chantier Viotte. Elle travaille alors sur des projets de construction, notamment de logements abordables, des études de programmation et de faisabilité, par exemple pour la mise en œuvre d’opérations de revitalisation de centre-bourg, et sur des grands projets d’aménagement à Besançon (écoquartiers, rénovation urbaine).

Ses principales missions à l’ADU concernent aujourd’hui :

  • Les PLU de Colombier-Fontaine et de Blamont
  • L’observatoire des espaces dégradés
  • Le projet d’aménagement des Hauts de Mathay
  • L’étude pour la reconversion de la friche Vauthier à Etupes

La réalisation de vidéos s’affirme comme un savoir-faire de l’ADU

En décembre dernier, un article a été publié dans le cadre de la veille ressources humaines à l’attention des entreprises de la filière plasturgie Bourgogne-Franche-Comté qui fait face à des difficultés de recrutement, afin de décrypter les qualités de l’annonce filmée réalisée par l’ADU pour ses propres besoins.

Un grand merci à Françoise Beluche, conseil en ressources humaines, pour avoir retenu cette vidéo comme exemple !

Lire l'article pp1-6

Charles BERGOUNIOUX

agenda

Comité technique de l'Observatoire Départemental de l'Habitat

28 janvier 2021

Livre du mois

Traits urbains n°116

Nouveaux élus, nouveaux projets

Au sommaire de ce numéro :

Dijon : un prototype de la ville à énergie positive avec à la clé deux îlots en renouvellement urbain de Fontaine d'Ouche, après avoir remporté un appel à projets européen, un consortium constitué autour de Dijon métropole associe de nombreux partenaires, au premier rang desquels EDF.

Mulhouse : retisser le lien entre DMC et Mulhouse et passer du site industriel enclavé à un quartier ouvert dans le centre-ville

Réglementation environnementale (RE2020) : Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon ont présenté, à la fin de l'année dernière, la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), qui acte notamment la fin du chauffage au gaz dans les logements individuels neufs. Le secteur de la construction s'inquiète, par les voix de la Fédération des promoteurs immobiliers, de la Fédération française du bâtiment et de la Fédération française des constructeurs de maisons individuelles.

Ce magazine est disponible au centre de documentation de l'Agence.

le chiffre du mois

135 000 euros

Prix médian d'une maison en 2018 dans le Pays de Montbéliard

Source : Chiffres 7, Marché de l'immobilier résidentiel dans le Pays de Montbéliard



Charles BERGOUNIOUX, Directeur de publication

Crédits photos ADU

Si vous voulez vous désabonner, cliquez ici